Maire de New York Eric Adams : « Après ma retraite, je vais vivre à Bakou »

Maire de New York Eric Adams : « Après ma retraite, je vais vivre à Bakou »

  • 14-10-2022 13:49:35   | Arménie  |  Politique

 
Les médias américains ont publié ces derniers mois plusieurs articles couvrant les déclarations controversées du maire de New York, Eric Adams, ses voyages à l'étranger et ses activités de collecte de fonds.
 
Avant de devenir maire le 1er janvier 2022, le Daily News (NY) a publié un article le 6 février 2021 intitulé : « Le candidat à la mairie de NYC, Eric Adams, a accepté de voyager à l'étranger dans des pays ayant des antécédents de corruption ». Le journal a rapporté que « le président de l'arrondissement de Brooklyn, Eric Adams, a accepté des milliers de dollars en voyages et autres avantages de la Chine, de la Turquie et de l'Azerbaïdjan, trois pays avec une histoire bien documentée de répression de leurs citoyens ».
 
Adams a reconnu qu'il s'était rendu huit fois en Turquie. En août 2015, le gouvernement turc a payé des milliers de dollars pour que le président de l'arrondissement de Brooklyn, Adams, se rende en Turquie pendant six jours, où il a signé un accord de ville sœur avec le district d'Üsküdar à Istanbul. Le consulat turc a payé jusqu'à 4 999 dollars pour son billet d'avion, son séjour à l'hôtel et son transport terrestre, selon la divulgation d'Adams au Conseil des conflits d'intérêts (COIB) de la ville. Une entité appelée la Fondation mondiale du tourisme, qui hébergeait Adams à Antalya, en Turquie, a été répertoriée comme payant jusqu'à 4 999 dollars pour les frais de voyage, a révélé le Daily News.
 
En 2016, « le ministère du tourisme azerbaïdjanais a payé jusqu'à 4 999 dollars pour qu'Adams visite sa capitale Bakou pendant quatre jours, selon la divulgation COIB du président de l'arrondissement », a rapporté le Daily News. « Je suis honoré de venir dans notre ville sœur en Azerbaïdjan », a déclaré Adams dans un communiqué.
 
Le New York City News Service a révélé que, selon les dossiers de financement de la campagne, « les dons d'individus affiliés à des organisations dans les communautés d'immigrants qu'il a courtisées avec ces voyages sont ensuite allés à la campagne du maire d'Adams ».
 
En mars 2018, juste après avoir formé son comité de campagne à la mairie, « Adams a assisté à une fête célébrant Nowruz, le Nouvel An persan, au restaurant Baku Palace à Sheepshead Bay [NY] », selon le NY City News Service. Adams a déclaré à la foule enthousiaste des Azéris : « Après ma retraite du gouvernement, je vais vivre à Bakou ». Il a reçu 7 000 $ en contributions à la campagne.
 
En juillet 2018, Adams a organisé une collecte de fonds au restaurant turc Ali Baba à Manhattan, récoltant 16 000 $. L'homme d'affaires turc Murat Guzel a donné à Adams 5 000 $ le 12 juillet 2018 et 5 100 $ supplémentaires le mois suivant. Cependant, la campagne Adams a dû rendre 8 100 $ à Guzel car il avait dépassé la limite de don de campagne de 2 000 $. Toujours en juillet, Behram Turan, président du conseil d'administration de la Fondation Turken, a fait don de 3 000 $ à Adams, a rapporté le NY City News Service.
 
L'agence turque Anadolu a cité Adams disant : « La Turquie a joué un rôle majeur dans la formation de l'humanité… Je suis un ami du peuple turc ».
 
Parmi les amis les plus proches du maire Adams se trouve le restaurateur arménien Zhan « Johnny » Petrosyants qui a un passé mouvementé. Politico a rapporté qu'il « a été inculpé dans une affaire de blanchiment d'argent devant un tribunal fédéral il y a huit ans. Lui et son frère jumeau, Robert, ont été inculpés de 11 chefs d'accusation pour avoir participé à un stratagème d'encaissement de chèques impliquant des sociétés de facturation médicale. Johnny Petrosyants a plaidé coupable à l'un de ces chefs d'accusation et a été condamné à une probation et à des travaux d'intérêt général, tandis que son frère a été condamné à six mois de prison fédérale. Avec un autre accusé, ils ont dû renoncer à près de 700 000 dollars ». Les frères Petrosyants et le maire Adams sont souvent vus ensemble dans des clubs et restaurants privés.
 
Le New York Times a publié le 22 août 2022 un long article intitulé : « Eric Adams After Dark : A Private Table and Ternished Friends ». Le journal rapporte que le maire a passé au moins 14 soirées en juin au restaurant haut de gamme de Manhattan, La Baia, géré par les frères Petrosyants. Adams y passe généralement trois à quatre heures par nuit et part bien après l'heure de fermeture. Le NY Times a écrit que si le maire ne payait pas ses repas, il violerait les lois éthiques de la ville. De plus, « se voir accorder l'accès à des clubs privés sans payer de cotisation risque d'enfreindre les règles d'éthique, a déclaré [Richard] Briffault, l'ancien président de la Commission des conflits d'intérêts ».
 
Le permis d'alcool du restaurant La Baia porte le nom de Marianna Shahmuradyan qui a plusieurs enfants avec Robert Petrosyants, selon le NY Times. En avril 2018, Shahmuradyan a contribué 5 000 $ à la campagne d'Adams, dont 3 000 $ lui ont été retournés pour avoir dépassé la limite de don de 2 000 $.
 
Ronn Torossian, propriétaire d'une société de relations publiques à Manhattan, est une autre des relations arméniennes du maire. C'est un personnage controversé qui a fait du lobbying pour le gouvernement turc, comme je l'ai signalé en 2017.
 
Le Daily Beast a publié un article sur Torossian sous le titre : « Pourquoi le maire de New York, Eric Adams, est-il collé à ce gourou des relations publiques toxique ? » Il a été décrit comme « un responsable des relations publiques agressif » qui « est bien connu pour ses tactiques de bagarreur de rue ». Il a organisé la somptueuse fête de la victoire de la soirée électorale du maire dans un club privé réservé aux membres où le maire Adams a fait la fête à plusieurs reprises en tant qu'invité personnel de Torossian. Le maire et Torossian ont été présentés par Zhan Petrosyants, selon le Daily Beast. « Sept anciens membres du personnel, qui ont parlé avec le Daily Beast de manière anonyme par crainte de représailles de Torossian, l'ont décrit comme une personne toxique dont le nouveau maire de New York devrait garder ses distances ».
 
Le NY Times a écrit que « pendant sa courte période en tant que maire, Adams a parfois pataugé dans des eaux éthiques troubles. « Après s'être engagé à payer ses propres frais lors d'un voyage à Porto Rico, il a reconnu avoir volé à bord du jet privé d'un entrepreneur. Il a dit plus tard qu'il avait payé son siège mais qu'il n'avait pas fourni de justificatifs ». De plus, « le Comité des conflits d'intérêts a statué qu'Adams ne pouvait pas donner à son frère Bernard un emploi de 210 000 $ en tant que chef du service de sécurité du maire. Bernard Adams a ensuite été redirigé vers un rôle de conseiller avec un salaire de 1 $ ».
 
Avec ses multiples transactions « troubles », reste à savoir si le maire Adams pourra terminer son mandat et réaliser son rêve de prendre sa retraite à Bakou !
 
Par Harut Sassounian
 
Éditeur, The California Courier
 
 
  -   Politique